Les greniers fortifiés dans l’Anti-Atlas

Découvrez cet itinéraire à faire en deux jours ou plus dans la région de Tafraout. Vous traverserez les fabuleux paysages du pays du Souss et de l’Anti-Atlas.  Cet itinéraire est magnifique à faire au moment de la floraison des arganiers. Loin des circuits touristiques, suivez-moi à la découverte des greniers fortifiés !

 

Comment arriver aux greniers ?

L’Anti Atlas est la petite montagne qui se trouve au Sud de la plaine du Souss, qui est au Sud du Haut Atlas occidental et autour d’Agadir. Cette région autour de Tafraout est parsemée de villages fortifiés qui comptent encore d’anciens greniers collectifs. Les premiers greniers (ou igoudars) sont accessibles depuis Agadir (à environ une heure de voiture) ou depuis Marrakech. D’ailleurs Agadir veut dire « grenier » en berbère. Cette région est davantage connue pour la culture des amandiers.

Depuis Marrakech, il faudra parcourir une quarantaine de kilomètres sur la route de Aït Baha, à travers les paysage d’arganiers souffrant de l’aridité et des carrières de graviers en exploitation pour atteindre le premier grenier, celui du village d’Imchguiguiln. Le village se situe sur la gauche, environ 3km avant d’arriver à Aït Baha.

Le grenier d’Imchguiguiln

Une forteresse aux couleurs ocres surplombe le village lorsque l’on arrive dans le village d’Imchguiguiln.  Des rangées de cactus et de figuiers de barbarie forment un ruban vert qui rehausse la beauté du monument et protègent son accès. Les toitures des greniers et les portes sont réalisées à base de tiges en bois d’arganier.

La plupart des greniers sont encore gardés par un gardien qui en possèdent la clé d’entrée. N’étant pas toujours sur place, il vous faudra demander aux villageois si le gardien est dans les environs pour qu’il vous ouvre.

Traverser une cour et passer sous deux petites portes, découvrir une chambre forte. Tout au long d’une allée, près de 200 petites pièces numérotées, pour la plupart cadenassées, sont rangées horizontalement, réparties de part et d’autre sur trois étages, gardées par deux tours de guet. Chaque case appartenait à une famille qui y déposait ses récoltes, ses papiers officiels, bijoux. Tout était ici en sécurité.

Quelques trous dans la roche permettaient au matou du grenier d’y chasser les souris. Aujourd’hui, seul un gardien veille sur les lieux. Assis sur un bloc, heureux de nous montrer les clés gigantesques qui permettent d’ouvrir les petites portes de bois, lui aussi semble ne plus se soucier du temps. On s’imagine que chacune contient un trésorQuelques familles tentent de maintenir les traditions en y déposant leur récolte de blé ou d’amandes ou leurs précieux documents de famille.

 

Le grenier d’Inoumar

Le grenier d’Inoumar est le plus grand de l’Anti-Atlas. Vieux de plus de 300 ans, ce grenier s’étale sur une superficie de 5000 m2 et comporte trois rangées de cases et en tout 576 cases.

Le grenier de Tasguent

Nous nous sommes arrêtés plusieurs fois en chemin pour découvrir les nombreux greniers, ronds, en long, écroulés.. à chaque fois à la recherche de son gardien pour nous ouvrir les portes secrètement gardées. Cette fois, un petit garçon nous indique que le gardien est parti au souk depuis 3 jours et devrait revenir bientôt, il nous propose de l’accompagner chez lui. Nous avons courbé le dos pour rentrer dans la minuscule cahute aux murs de terre.  Une petite boîte de sardines et un reste d’huile d’argan pour tremper un bout de pain : c’est tout ce qu’il reste des victuailles de la semaine. On nous offre tout. Un chaton se lèche les moustaches en apercevant les sardines et s’empresse de venir lécher la boîte vide. Quel doux moment passé avec ces personnes, on entend la carriole arriver, le gardien revient du souk et nous conduit au grenier Tasguent.

Où dormir ?

Si vous êtes à la recherche d’un hébergement de charme, hors des sentiers battus et que vous privilégiez un accueil authentique, je vous conseille de passer la nuit à la kasbah Tizourgane dans la vallée Ida ougnidif. C’est une maison d’hôtes forteresse perchée sur un piton rocheux au milieu des collines (plus d’infos ici). A 4h30 de route depuis Marrakech ou 1h40 depuis Agadir, c’est une véritable étape de charme au milieu d’un paysage grandiose de collines.

On y accède par une magnifique porte de bois comme si l’on pénétrait dans un château fort. La voiture doit patienter en bas, et c’est avec un monte charge sans âge que nos petites valises arrivent dans la kasbah.

 

Ce lieu est magique. Un dédale de couloirs en pierre, des terrasses et des petits ponts nous conduisent de pièce en pièce. Au milieu de nulle part, la nuit s’annonce paisible une fois le soleil descendu derrière les collines.

 

ads
signature

Inscris-toi pour ne manquer aucun article !

Renseigne ton adresse e-mail pour recevoir ma newsletter

Une question ? Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.